Connect with us

« Mimi Miaw »: Roody Roodboy réduit la gent feminine haïtienne à ce félin qu’est le chat

Roody Roodboy 1

Célébrité

« Mimi Miaw »: Roody Roodboy réduit la gent feminine haïtienne à ce félin qu’est le chat

(TripFoumi Enfo) – Le dernier solo en date de Roody Roodboy, titré « Mimi Miaw », se fait déjà remarquer en cette période de fin d’année. Paru le 20 octobre dernier, si dans les médias et sur les réseaux sociaux ce morceau est de plus en plus sollicité, cela n’empêche guère que l’idée véhiculée dans le texte soit perçue comme sexiste pour avoir réduit la femme haïtienne à une génération de félin gourmand au même titre que le chat.

Au terme de la culture linguistique haïtienne, « Mimi Miaw » est cette appellation que l’on assimile au miaulement du chat pour désigner une personne cupide, gourmande et vorace. Traiter quelqu’un de « Mimi Miaw » est une très grave injure dans le parler haïtien. Pourquoi donc une pareille expression dans cette chanson de Roody à l’égard des femmes haïtiennes ? Sont-elles vraiment des voleuses ?

Dans la vidéo de ce morceau, on peut voir la star en train de se plaindre pour avoir tout donné à sa cavalière sans recevoir la moindre contre partie. Pire encore, alors que Roody pense avoir tout donné pour l’attirer plus tard dans son lit, même un câlin lui a été refusé. Quel gâchis ! À en croire l’artiste, après avoir tout partagé en cadeau : téléphones intelligents, téléviseurs, voiture, laptop entre autres… la jeune demoiselle aurait dû au moins lui offrir la possibilité de goûter le fruit défendu.

Les femmes sont généralement une espèce attirante qui sait comment captiver l’attention de l’homme en vue d’obtenir ce dont elle est en quête. Captivantes, malicieuses et grandes stratèges de surcroit, les femmes finissent toujours par obtenir ce dont elles ont grand besoin de leurs partenaires. Aux hommes de faire gaffe s’ils ne veulent pas se faire éplucher et succomber à cette sublime créature qu’est la femme !

Par ailleurs, au lieu de se plaindre après avoir tout dépensé sans rien recevoir en retour, au point même de traiter les femmes de « Mimi Miaw », c’est peut-être la stratégie de « gran depansè » qu’il faudrait repenser. Car, on ne conquiert pas toujours le coeur d’une femme avec de gros billets et de biens matériels, même les plus précieux. Comme l’a bien dit le dicton, « il y a bien des choses que l’argent ne peut pas acheter ».

Continue Reading
Advertisement
To Top