Connect with us

Thòya, une vie consacrée à la culture, l’agriculture et l’environnement

Thòya, une vie consacrée à la culture, l’agriculture et l’environnement

(Tripfoumi Célébrité) – La mémoire d’un peuple réside, en grande partie, dans sa culture dixit le vieil adage. La culture forge le caractère d’un peuple à aller de l’avant tout en ayant une conscience collective de la continuité historique. En Haïti, depuis un bon nombre d’années, le phénomène de l’acculturation semble de jour en jour se fait sentir un peu plus. En effet, certaines valeurs sacrées s’inscrivant dans l’authentique histoire du pays sont carrément bafouées. Outre cela, l’agriculture et l’environnement n’ont presqu’aucune importance même aux yeux des responsables au point que notre ventre dépend quasiment de l’extérieur dans un pays, dit-on, essentiellement agricole.

En dépit de tout, il reste toujours une lueur d’espoir d’une frange consciente de la jeunesse ou de la population qui est prête à lutter, corps et âme, pour la restauration de certaines valeurs qui définissent l’être haïtien dans sa splendeur. C’est l’objectif que se donne cette jeune femme haïtienne nommée Martine PHEBE dit Thòya qui consacre sa vie à une lutte sans merci pour la restauration et la promotion de la culture ainsi que de l’agriculture.

Issue de la région sud du pays, Martine PHEBE est le nom de cette femme qui fait un travail titanesque au sein de la société haïtienne. Douée d’une intelligence incroyable et d’un verbe très facile, Thòya fait de la culture son cheval de bataille depuis un certain temps. Vodouisante dans l’âme, elle condamne énergiquement l’idéologie qui vise à diaboliser le Vodou. Elle ne se laisse pas emporter par les impacts de l’acculturation pour cacher sa vraie identité en tant que fille indéniable du pays. Née en avril 1993, cette jeune femme qui a aussi fait des études de Droit, présente la structure de sa bataille en deux facettes : l’une qui s’occupe de la culture (Thoy art) et l’autre qui relève de l’agriculture, le reboisement et l’élevage (ARL).

À travers “Thoy art”, Martine PHEBE se fait le devoir d’aider les jeunes et les moins jeunes à reconnaitre leur identité en tant que peuple ayant une richesse historique incroyable. Elle souligne pour Tripfoumi que : “Thoy art se pati nanm lan. Se aprann tchovi yo (timoun yo) ki moun yo ye vrèman. Se aprann yo respekte zansèt yo. Si yo pa konnen istwa yo ak sakrifis zansèt yo, yo p ap ka goumen pou zile a”. Elle poursuit pour dire : “Nan pwen bon jan batay san nanm”.

Outre les questions liées à la culture, Martine PHEBE s’occupe aussi de l’agriculture, du reboisement et de l’élevage. C’est ainsi que le 8 avril 2019, la structure ARL a pris naissance dans le but d’aider et d’encourager les paysans à ne pas abandonner la terre. Thòya explique que : “ARL se mouvman sitwayen ayisyen konsekan k ap travay pou nou rejwenn granmounite nou, dinite nou antanke pèp pou vant nou pa depann de zòt. Mesye dam vètyè yo pat sakrifye yo pou n te tounen mandyan”.

Déterminée à poursuivre son rêve de voir une Haïti qui se remet à sa culture propre, d’une agriculture productive et d’un environnement sain, Thòya donne l’allure d’une combattante extraordinaire. Elle invite tous les haïtiens conséquents à se joindre à elle dans son mouvement combien louable car, selon elle, “Manman latè pa engra”.

Continue Reading
Advertisement
To Top