Connect with us

Li Domine m : un sujet tabou mis sous le feu des projecteurs

Cinéma

Li Domine m : un sujet tabou mis sous le feu des projecteurs

Li Domine m : un sujet tabou mis sous le feu des projecteurs

(Tripfoumi Célébrité)- Durant toute notre vie, nous sommes amenés à faire des choix. Certains paraissent plus compliqués que d’autres. Mais, d’une certaine manière, choisir c’est prendre normalement des risques et qui dit risque c’est oser dans une certaine mesure. Dans le cinéma haïtien, un tas de sujets faisant partie intégrante du quotidien de la société ont été traités à travers des films, des feuilletons…mais il reste un sujet qui a toujours été un tabou et qui le reste encore jusqu’à aujourd’hui bien qu’il soit bien réel et continue de faire chair au sein de la société. Oser parler de ce phénomène, c’est s’apprêter à recevoir des critiques amères de tout acabit. Ce sujet qui fâche et qui divise des amis et même des familles n’est autre que la question relative à l’homosexualité incluant ainsi des personnes Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transgenres (LGBT). En s’armant de courage et de détermination, Maestro Kerwill dit MK, jeune réalisateur haïtien natif de Desdunes, conscient de la stigmatisation et de la discrimination qui alimentent la vulnérabilité des homosexuelles en Haïti, a décidé de l’aborder à travers un feuilleton de 100 épisodes titré “Li Domine m”.

« Li domine m » raconte l’histoire de Patricia amoureuse de JayA mais se trouve dans l’impossibilité de dévoiler sa relation car sa mère l’oblige contre son gré à se marier avec le fameux avocat Fanfan lui-même passionné des lesbiennes. Maitre Fanfan ne sachant pas que sa fiancée était une lesbienne se lance à la recherche de la femme de son meilleur ami qui, selon les dires, est une lesbienne. Drôle de coïncidence, la femme tant recherchée par Maitre Fanfan est en fait sa marraine de noce. En dépit de ses côtés tragique et mélancolique, “Li domine m” présente aussi des jeux de scène extrêmement comique surtout avec l’éruption de la déesse de la zone (Carlita) qui a apporté une touche spéciale dans le feuilleton avec son originalité, car elle a osé proposer quelque chose de différent.

Comme l’indique le proverbe haïtien : “ Se nan griyen dan yo batize jwif ”, Maestro Kerwill a utilisé l’une des meilleures méthodes pour faire la lumière sur les multitudes de difficultés que les membres du LGBT font face quotidiennement. Il décrit, à travers des scènes, les menaces dont font l’objet cette catégorie de gens ainsi que le comportement des homophobes très hostiles aux LGBT. En mettant de côté tout sentiment pour bien faire passer le message, le réalisateur, graphiste, communicateur Dalonso Phillipe a mis cette réalité sous le feu des projecteurs à travers la mort de Franky comploté par sa femme et son amant après son coming out.

Il est souvent dit que le bien est toujours à côté du mal. Donc, l’obsession de ne faire que du bien peut être fatale si l’on n’arrive pas à accepter les divergences sociales particulièrement les divergences d’opinion. L’orientation sexuelle, c’est donc un choix personnel et, certaines fois, des personnes n’ont pas choisi d’être homosexuelles. Parfois, cela est dû à certaines anomalies héréditaires ou des déséquilibres hormonaux qui leur mettent très souvent dans de grave dilemme ou des situations compromettantes.

Bien qu’elle soit prise en compte dans ce feuilleton à caractère social inspiré d’une histoire vraie selon les aveux du feuilletoniste, la réalité des homosexuels en Haïti est à prendre avec beaucoup de pincettes car, présentement, aucune loi sur cette question n’est en vigueur en Haïti. Face à ces situations, le meilleur comportement à adopter que ce soit du côté des homophobes que celui des homosexuels, c’est de se respecter mutuellement car la violence sexiste des homophobes ou des lesbophobes à l’égard des homosexuelles n’est pas la solution. Cela risque, au contraire, de punir quelqu’un qui porte déjà son châtiment. Les homosexuels, de leur côté, doivent éviter de s’exhiber ou d’imposer leur homosexualité aux autres. Car, jusqu’ici, la morale, la décence et la vertu restent toujours des éléments apparemment non négociables dans la vie du peuple haïtien.

Continue Reading
Advertisement
To Top